Actualités
mercredi septembre 18, 2019
Register

Il y a lieu de se demander si le gouvernement de Joseph Kabila est composé des Congolais ou des mercenaires étrangers. Cette question a toute son importance au regard du rapport de la Commission économique et financière (ECOFIN) de l'Assemblée nationale que Congoone se fait le devoir d'exploiter à fond pour assurer le droit du peuple à l'infoprmation et assumer ainsi sa part du contrôle social reconnu aux médias.

 

On savait que la Société minière de Bakwanga, MIBA, a été saignée à blanc par le gouvernement des Kabila sous prétexte de l'effort de guerre au moment où la Gécamines n'était plus que l'ombre d'elle-même.

 

 

Incapable d'assumer ses charges et de renouveller son matériel de travail, la Miba a dû obtenir une créance de l'ordre de 14 millions de dollars américains d'Emaxon Finance International Inc. De ces 14 millions, il était convenu qu'Emaxon libère en espèces 5 millions de dollars pour le fonctionnement de la Miba et la différence, soit 9 millions, devait faire l'objet de livraison par Emaxon du matériel (dragline) d'exploitation des diamants.

Il se fait que les 5 millions ont été libérés par tranches, mais  le métériel fourni ( dragline) par Emaxon s'est avéré inadapté. Jusqu'à ce jour, il continue à moisir dans les installations de la Miba.

La Commission économique et financière de l'Assemblée nationale signale que par ses recettes, la Miba a remboursé entièrement les 5 millions de dollars américains. Et d'ajouter: " Ne pouvant rembourser la contrevaleur d'un matériel jamais utilisé, la Miba a été poussée par la ministre du Portefeuille, Jeanine Mabunda, à résilier le contrat avec Emaxon".

Alors qu'on pouvait croire que la ministre du Portefeuille avait tiré la conséquence logique du fait que le matériel livré par Emaxon était inaproprié, voilà que la Miba sera sommée à rembourser la contrevaleur d'un matériel inapproprié et inutilisé, mais en plus à payer une pénalité arbitraire et non convenue au départ de 4 millions de dollars américains à Emaxon.

Le scandale dans cette affaire est qu'Emaxon a pourtant profité du contrat de vente exclusive de 88% des diamants produits par la Miba durant plus de 4 ans au prix léonin et fixe de 13 dollars le carat alors que le prix oscillait autour de 24,41 dollars le carat sur le marché! Voilà qui a occasionné un manque à gagner substantiel pour la Miba car les 16, 7 millions de carats vendus à Emaxon n'ont rapporté que 233 millions de dollars américains.

Dans un pays normal, on aurait dû s'attendre à ce que le gouvernement prenne ses responsabilités pour que Emaxon indemnise la Miba pour lui avoir livré un dragline inapproprié et inutilisé. Que non!

Bien au contraire, il y a eu imputation de la contrevaleur de ce matériel inapproprié ainsi que des pénalités à charge de l'Etat congolais par le ministre des Finances. Mais pas seulement. Matenda Kyelu, ministre des Finances sortant, a en plus ordonné à la Banque Centrale du Congo d'émettre un billet à ordre de 25 millions de dollars américains en faveur d'Emaxon.

La commission ECOFIN qualifie les actes posés par le ministre des Finances de dilapidation des fonds publics en violation de la loi des finances et de la procédure en matière de paiement de la dette publique.

Il importer de souligner que la lettre d'engagement et garantie en faveur d'Emaxon portant sur 14 millions de dollars américains dûs par la Miba à ce dernier a été signée le 7 avril 2008 conjointement par l'actuel premier minsitre de Kabila à l'époque où il fut ministre du Budget ( AMP), et son ex-collègue Matenda Kyelu, ministre des Finances( AMP).

Quant à la lettre d'ouverture de crédit en faveur d'Emaxon pour un import de 25 millions de dollars américains, elle a été signée par le ministre AMP des Finances le 24 décembre 2008.

Voilà de quelle manière l'Etat AMP gère le Congo et entend rempiler lors des prochaines élections pour parachever son œuvre grandiose de destruction de ce qui reste encore du Congo. Pour ceux qui l'auraient oublié, Kabila Kabange a fait ce mercredi 7 avril 2010 un don de matériel électoral qui a été réceptionné à Kinshasa par l'abbé Malu Malu au nom de la commission électorale très indépendante.