Actualités
mercredi décembre 12, 2018
Register

Des compatriotes croient (encore) dans ''la classe politique congolaise''. Ils sont déçus par le retrait de deux signatures après la rencontre de ''l'opposition congolaise'' à Genève. La confiance de ces compatriotes en cette ''classe politique congolaise'' résiste aux faits. Ces compatriotes vulnérables et fanatisés dans ''un monde sans cœur '' risquent d'être des ''bombes à retardement'' s'ils refusent de soumettre ''leur croyance'' en leurs ''gourous'' au crible de la critique ; s'ils refusent de lire les faits et les signes des temps. Il n'y a de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, dit-on.

 

''Ils nous dominent plus par l'ignorance que par la force'' S. BOLIVARD

Hier, vendredi 09 novembre 2018, les USA ont nommé un nouvel envoyé spécial pour les Grands Lacs africains (https://www.state.gov/r/pa/prs/ps/2018/11/287252.htm#.W-XP1jFQ_Uo.twitter). Il s'appelle John-Peter Pham. Il est un chercheur et membre de l'Atlantic Cuncil, un think tank américain proche de la Défense et du département d'Etat américains. Ce n'est pas tout.

La malnutrition secoue quelques villages à l'intérieur de la province du Kasaï oriental. A Kamisangi et Tshiaba sur 20 ménages enquêtés plus ou moins 13 sont frappés de cas de malnutrition inquiétants.Il faut noter que, cette situation est liée à la crise économique étant donné que la principale activité pour cette population demeurait l'exploitation artisanale du diamant secteur dans lequel l'État aurait renforcé les mesures. Interrogé à ce sujet, ces congolais accusent le pouvoir en place de la multiplication des taxes et autres qui ont rendu impossible toutes leurs activités. A ce sujet, les habitants de Kamisangi et Tsiaba sollicitent le soutien de la part de toute personne de bonne volonté.

''Un peuple sans mémoire ne peut pas être un peuple libre'' D. MITTERRAND

 

Les questions sur l'occupation du Congo-Kinshasa par le Tutsi Power (proxy des anglo-saxons) reviennent dans les réseaux sociaux par intermittence. Quand alias ''Joseph Kabila'' lit sa dernière logorrhée devant ses deux caisses de résonance abusivement dénommées ''Parlement'' et ''Sénat'' et qu'il est applaudit, un compatriote pose cette question sur Facebook : ''Où voyez-vous les Rwandais ? Je ne vois que les Congolais(es) qui applaudissent, soutient-il.'' A son avis, ''l'occupation devrait être toujours visible à l'oeil nu'' et dans l'immédiat. Il a peut-être raison. Même si la question de savoir pourquoi ''les occupants'' choisiraient-ils la visibilité comme mode opératoire peut être posée.